Le tailleur de pierre, de Camilla Läckberg

image

Formidable Camilla Läckberg ! J’ai dévoré son troisième opus ce week-end, Le Tailleur de Pierre (après La princesse de glace et Le prédicateur), et ne peux que recommander cette extraordinaire série de romans noirs policiers. Tout y est : un suspense incroyable, des personnages très bien campés et à la psychologie très fine, des scenarii passionnants et angoissants et des inspecteurs attachants, pour ne citer que cela.

Tout comme les deux premiers volumes donc, l’intrigue se déroule dans le petit port suédois de Fjällbacka. Patrick Hedstrom, le policier que l’on suit depuis le début des romans, et sa compagne Erica Falcke, journaliste, sont à présent tout jeunes parents, et ont peu de temps pour eux. Et voilà qu’en plus de cela, un drame frappe de plein fouet la famille de leurs nouveaux amis Charlotte et Niclas ; leur petite fille Sara est retrouvée morte noyée, et il se pourrait bien que cela ne soit pas qu’un banal accident.

Sur ce fond de tragédie familiale vont s’entremêler des sentiments divers, des histoires sordides et des découvertes toutes plus ébahissantes les unes que les autres. Tout est fait pour nous tenir en haleine le plus longtemps possible et pour nous faire penser à toutes les hypothèses possibles … jusqu’au dénouement, toujours invraisemblable.

Pas de doute que Camilla Läckberg s’inscrit dans la lignée des grands écrivains policiers, et ce troisième volet des aventures de Patrick et Erica ne fait que nous le confirmer. Il me tarde à présent de me plonger dans les trois derniers (L’oiseau de mauvaise augure, La sirène et Le gardien de phare) !

Le chuchoteur, de Donato Carrisi

tumblr_m2zc5qHrsf1r2q3g3

Il est parfois difficile de trouver un excellent policier. Beaucoup sont “bien menés », “prenants », “palpitants » même, mais peu sont juste excellents. Et pourtant c’est le cas du Chuchoteur.

Évidemment, comme tout bon policier qui se respecte, l’intrigue est prenante, le rythme effréné, le synopsis vraiment glauque. Des meurtres à répétition de petites filles tout aussi horribles les uns que les autres, ça ne laisse pas indifférent.
Mais là, c’est encore plus que ça. Le Chuchoteur, c’est aussi un roman psychologique écrit avec une plume extrêmement fine. On ne voit rien venir, on se laisse totalement porter. De toute façon ça ne servirait pas à grand chose d’émettre des hypothèses quant à l’intrigue ou à la résolution de l’enquête car l’auteur prend un malin plaisir (avec un génie déconcertant, qu’on se le dise) à brouiller les pistes et à créer des rebondissements à chaque chapitre.

On voit les pages passer, dangereusement, et on redoute le moment où tout cela va s’arrêter, même si on n’a qu’une envie, c’est que ce salaud se fasse coincer. Par les inspecteurs parfois insupportable mais tellement charismatiques, et par un auteur qui s’inscrit dans la cour des très grands auteurs policiers.. Bravissimo Signore Carrisi! E grazie mille!